Sex And The City : La Véritable Révolution Télévisuelle Venue De Manhattan Il y a 25 Ans !

Publié le 
28 mars 2024

C'est en juin 1998 qu'une série apparemment anodine a révolutionné la chaîne HBO.

Sex and the City débarque sur ce qui est alors une chaîne payante, accroche un public qui grandit à chaque épisode et propose quelque chose de quasiment inédit sur le petit écran : l'histoire de quatre amies sexuellement libérées (certaines plus que d'autres) dans un Manhattan où l'amour semble se trouver à chaque coin de rue et dans un monde avant l'irruption des applis de rencontres.

Une Idée Stimulante

C'est Sarah Jessica Parker qui a donné vie à Carrie Bradshaw, la protagoniste de toute cette histoire.

À ses côtés, Kim Cattrall, Kristin Davis et Cynthia Nixon ont incarné Samantha, Charlotte et Miranda, les fidèles écuyères de la chroniqueuse.

Sex and the City a également introduit Stanford, l'ami gay et drôle de Bradshaw, un cliché bien ancré dans l'époque à laquelle la série est née - il était interprété par Willie Garson, décédé en 2021.

Tout cela était rafraîchissant et novateur dans cette production qui avait derrière elle la tête pensante de Michael Patrick King, qui a réalisé les deux longs métrages qui ont suivi les six saisons de la série et qui est à l'origine de son revival, And Just Like That.

Quatre amies s'asseyant pour parler de leur vie amoureuse et sexuelle, sans aucun tabou en évoquant jouets sexuels et gode ceinture, dans les endroits les plus branchés de Manhattan ?

Probablement l'idée la plus stimulante d'une télévision des années 90 dominée par des hommes et des femmes plus portés sur le drame.

Ici, les quatre New-Yorkais étaient amusants, pétillants et présents tous les jours de la semaine.

L'accueil très favorable a permis aux volets suivants d'élargir leur champ d'action et, surtout, d'augmenter le budget qui a donné lieu aux tenues mémorables de Carrie et compagnie, aux voyages hors de New York et aux engagements réguliers.

Les filles tombent amoureuses, tombent amoureuses, font des crises existentielles et, surtout, s'amusent.

Sans Tabou

Personne ne s'est excusé pour le sexe dans Sex and the City.

La série parle naturellement d'absolument tout ce qui est imaginable.

Les pratiques hors normes avaient leur place dans une production qui n'a jamais voulu s'adresser à un public familial.

Le tournant du siècle est sur le point d'arriver et le féminisme fait son entrée dans toutes les productions.

De plus, si les épisodes peuvent sembler manquer de vraisemblance, les saisons ont été écrites dans une salle d'écriture où il n'y avait qu'une seule condition pour les auteurs : tout ce qu'ils proposaient devait avoir été vécu de première main.

La série a obtenu de très bons résultats en termes d'audience, bien qu'il s'agisse d'une série hebdomadaire diffusée sur une chaîne payante.

Elle a obtenu 54 nominations aux Emmy Awards et 24 aux Golden Globes, ainsi que d'autres à la Screen Actors Guild.

Sex and the City a été adoptée par un public assoiffé de nouveaux formats et figure aujourd'hui sur diverses listes des meilleures productions télévisuelles, mais la révision de ses épisodes avec les yeux de la troisième décade du XXIe siècle a fait apparaître quelque chose que les sensibilités d'aujourd'hui ont rapidement relevées : elle était excessivement blanche.

C'est pourquoi sa reprise, And Just Like That, est une production diversifiée et inclusive, mais qui n'a pas été aussi bien accueillie.

Beaucoup regrettent, peut-être à juste titre, la série rafraîchissante et incorrecte qu'a été Sex and the City pendant six saisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

magnifiercrosschevron-down